Politique Pays membres

Grèce : La liste Lagarde met le feu aux partis

3 janvier 2013
Presseurop
To Ethnos, To Vima

To Ethnos, 3 janvier 2013

C’est “la guerre autour de la liste Lagarde”, titre To Ethnos. L’ancien ministre des Finances Georges Papaconstantinou, accusé d’avoir retiré des noms de proches de la liste des détenteurs de comptes en Suisse, va prochainement faire face à une enquête parlementaire. Mais SYRIZA, la coalition de la gauche radicale, accuse ouvertement Evangelos Venizelos, l’actuel chef du parti socialiste (PASOK) et ancien ministre des Finances, d’avoir également voulu dissimuler cette liste.

Pour Ta Nea, cette “polarisation des partis” pourrait faire exploser certaines formations politiques, en particulier le PASOK, au coeur de ce scandale, et dont le taux de sympathie est passé de 49% à 7% entre les élections de 2009 et celles de 2012. “Le parti soutenant le gouvernement de coalition attend un soutien du Premier ministre”, note le quotidien.

Mais la “civilisation politique impose une enquête sur les personnages politiques” impliqués dans cette liste, estime pour sa part To Vima,

Cette affaire reflète les mœurs du pouvoir et révèle les attitudes qui prévalent dans la gestion des affaires. Pour nombre d’observateurs, cette affaire a mis en évidence le problème politique de base du pays, qui n’est autre que le statut arbitraire des politiciens et la protection des plus puissants. Cependant, il est extrêmement important de rechercher les responsabilités, qu’elles soient pénales ou civiles, sans paralyser le gouvernement ni le détourner de sa mission principale, soit la stabilisation de l’économie, ainsi que la reprise et le développement. [...] Le gouvernement et les partis politiques, tous les partis politiques, doivent protéger le climat de stabilisation économique, cela ne signifie pas qu'ils ne seront pas interrogés en détail sur tous les aspects du scandale politique de la liste Lagarde.