Economie Social

Union européenne : La Belgique donne le top départ d’une semaine sociale agitée

12 novembre 2012
Presseurop
La Libre Belgique

La Libre Belgique, 12 novembre 2012

Ils étaient près de 20 000 ouvriers à l’usine Ford de Genk, dimanche 11 novembre, à manifester après l’annonce, le 25 octobre dernier, de la fermeture de l’usine du constructeur américain fin 2013, qui pourrait détruire près de 10 000 emplois. Une démonstration de force qui “illustre l’angoisse sociale de l’Europe”, selon La Libre Belgique.

Le quotidien bruxellois note que les négociations qui vont s’ouvrir avec le gouvernement pour l’élaboration d’un plan social “interviendront dans un contexte doublement tendu : sur le plan national, le gouvernement Di Rupo espère pouvoir boucler cette semaine un budget qui aura un fort parfum d’austérité. [...] D’autre part, à l’échelle européenne, la contestation monte contre l’austérité” comme le montre l’appel à une Journée européenne d’action et de solidarité le 14 novembre, lancé par la Confédération européenne des syndicats (CES). “Une quarantaine d’organisations issues de 23 pays participeront”, explique La Libre Belgique, pour qui celles-ci

veulent demander aux dirigeants européens d’agir face à la flambée du chômage et de "répondre à l’angoisse sociale des citoyens". […] Cette journée donnera lieu à des mouvements de grèves en Espagne, au Portugal, en Grèce et en Italie, quatre pays lourdement frappés par la crise. Des manifestations sont prévues en Belgique, […] en France, dans certains pays de l’Est comme la Pologne, la Slovénie et la Roumanie, et également devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles.

Cette contestation témoigne de l’existence d’une Europe à deux vitesses, note La Libre Belgique :

A noter, facteur symptomatique, que les syndicats des pays du nord de l’Europe ne sont pas associés à ce mouvement, du moins pour le moment. Une attitude qui témoigne encore de la fracture de plus en plus nette entre le nord de l’Europe qui continue à plaider pour la rigueur budgétaire, et les pays du sud qui craignent un étouffement sous le poids de l’austérité qui les frappe. […] Ce mouvement de protestation surviendra 24 heures à peine avant la publication des chiffres de la croissance de la zone euro, qui devraient confirmer son entrée en récession pour la deuxième fois en trois ans.