Société Santé

Alimentation : De la viande de cheval pour les pauvres d’Europe

13 février 2013
NRC Handelsblad Amsterdam

Le scandale de la viande de cheval a pris une dimension européenne. Or pendant que les pays européens se rejettent la faute, le problème sous-jascent, lui, demeure : en raison de la crise économique, les familles à faibles revenus achètent de plus en plus de la viande à bas prix.

C’est en Irlande et au Royaume-Uni que le problème a commencé : on a trouvé de la viande de cheval dans des burgers au boeuf, qui plus est dans des pays qui adorent les chevaux. Mais maintenant, le scandale alimentaire prend une dimension européenne. Si l’on trouve de la viande de cheval dans des produits des rayons irlandais et britanniques, celle-ci pourrait bien provenir d’abattoirs situés dans d’autres parties de l’Europe.

Comme à l’époque de la bactérie EHEC en 2011, tout le monde s’est aussitôt montré du doigt. L’industrie européenne de la viande représente un marché qui se chiffre à des milliards : aucun pays ne tient à se voir reprocher d’avoir trempé dans la magouille. L’Irlande montre les Polonais du doigt, les Polonais nient. La Suède accuse la France.

La France soupçonne Chypre, la Roumanie, de même que les Pays-Bas, de traiter des lots de viande mal étiquetés. Cette viande serait ensuite arrivée dans les usines irlandaises et britanniques de transformation de la viande. Qui livrent leur viande, entre autres, à Findus, société qui vend des plats cuisinés surgelés au Royaume-Uni, en Irlande, en Suède, en Norvège, en Finlande et en France.

Les chevaux ne sont pas marqués

Le problème s’étend à toute l’Europe” a averti dès vendredi dernier Alan Reilly,  de la Food Services Authority, l’instance irlandaise chargée de veiller à la sécurité alimentaire. Hier, Owen Paterson, ministre britannique de l’Agriculture, a parlé d’un “complot criminel international”.

En soi, la viande de cheval n’est pas un aliment mauvais pour la santé. Et, comme l’a encore précisé Alan Reilly le mois dernier,  le tollé dans les pays amoureux des chevaux ne vient pas du simple fait que “la consommation de viande chevaline ne correspond pas à notre culture.

Le problème, en l’occurrence, est qu’on ne peut pas remonter la filière de la viande jusqu’à un éleveur ou à un abattoir, qu’on ne sait pas comment elle s’est retrouvée dans les produits surgelés et depuis combien de temps cela dure.

La justice, la police et les autorités chargées de la sécurité alimentaire des divers pays européens mènent leur enquête à ce sujet. C’est important dans la mesure où la viande chevaline peut contenir de la phénylbutazone. Cette substance sert à traiter les inflammations articulaires et les coliques chez les chevaux. Il est interdit d’en donner aux chevaux destinés à l’abattage car, dans des cas très rares, elle peut provoquer chez l’être humain une anémie ou une leucémie. Du fait de la crise économique, on abat davantage de chevaux et pas toujours, soupçonne-t-on à présent, dans des abattoirs agréés. De plus, les chevaux ne sont pas marqués à l’oreille, comme les bovins et les ovins. On ne peut donc pas toujours clairement savoir s’ils sont destinés ou non à la consommation.

Les prix ont flambé au Royaume-Uni

Si Findus et Tesco n’ont pas une chaîne alimentaire sûre pour leurs produits, nous sommes confrontés à un gigantesque problème dans ce secteur”, a dit Alan Reilly vendredi. Selon les autorités britanniques et irlandaises chargées de la sécurité alimentaire, il incombe aux supermarchés et aux producteurs de contrôler la viande. Vendredi prochain, les résultats d’enquêtes menées sur d’autres plats cuisinés surgelés seront annoncés. Le ministre britannique Owen Paterson a déjà déclaré qu’il s’attendait encore à de “mauvaises nouvelles”.

Mais le vrai problème est le suivant : comment se fait-il qu’il y ait eu de la viande de cheval dans des burgers de bœuf ?” demande Elizabeth Dowler, professeur de diététique à l’Université de Warwick. Elle répond elle-même à la question : “parce qu’il faut qu’ils restent le moins cher possible”. Les burgers en question coûtent chez Tesco et Iceland 13 pence (15 centimes d’euros) l’unité, les lasagnes surgelées de Findus sont vendues généralement 1,60 livre sterling (1,35 euro) les 350 grammes.

Les prix de l’alimentation ont augmenté de 26 % au Royaume-Uni ces cinq dernières années. En Irlande, la hausse est certes moins prononcée, mais la crise a fait baisser le pouvoir d’achat dans le pays.

Le problème est lié à la pauvreté

Le prix du steak a aussi augmenté. Ce matin, au marché de la viande de Smithfield à Londres, un kilo valait au maximum 770 pence (7,70 livres sterling, soit 9 euros). En février 2007, il était à 560 pence. “Pour faire baisser le prix de la viande, on la complète, et pas toujours par de bonnes protéines”, dit le professeur Elizabeth Dowler. Et le prix de la viande de cheval est inférieur d’un cinquième à celui de la viande de bœuf. Elle doute sérieusement que l’on utilise une “viande de qualité”.

Les gens qui sont touchés sont ceux qui ont peu d’argent et beaucoup d’enfants. Ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un burger de meilleure qualité ou d’aller chez un boucher et de faire eux-mêmes leur viande hachée, et qui réagissent aux offres du type 3 pour le prix de 2”, dit-elle. “C’est un problème de pauvreté”.

Elle pense que le consommateur a conscience de ce qu’il achète. “Il ressort de mon enquête sur les familles à faibles revenus que les gens savent que ce qui est bon marché ne vaut rien, et c’était déjà le cas avant la crise. Mais ils n’ont souvent pas le choix”. Elle doute en revanche que les consommateurs sachent vraiment comment on fabrique des produits alimentaires. “L’histoire de l’enfant qui pense que le lait sort d’un carton de lait est trop facile. Mais a-t-on vraiment idée du fonctionnement de l’industrie laitière ?

Martin McAdam, fournisseur de viande qui représente le maillon entre les abattoirs et les fabricants de burgers, a révélé sur la chaîne de télévision irlandaise RTÉ ses méthodes de travail. La demande de viande toujours moins chère l’a contraint de rechercher de la viande en dehors de l’Irlande. Il s’est tourné vers la Pologne, la Belgique et les Pays-Bas, a-t-il raconté – alors que l’Irlande est le premier exportateur de viande de bœuf d’Europe. La différence était “de cinq à dix mille euros par camion”. Il a déclaré ignorer que la viande était d’origine chevaline.

La National Union of Farmers, le syndicat britannique des agriculteurs, accuse l’industrie de transformation de la viande et les fabricants de plats cuisinés, qui veulent obtenir de la viande meilleur marché. Depuis la crise de la vache folle et de la fièvre aphteuse au Royaume-Uni (et le scandale des dioxines en Irlande en 2008 qui a contraint à exterminer des centaines de milliers de porcs), la qualité de la viande britannique s’est améliorée, estime Peter Kendall, président  du syndicat. Cela se traduit par une hausse des prix. “C’est un défi pour les commerçants. Ils ne peuvent pas continuer à casser les prix sans tailler dans le vif.

Traduction : Isabelle Rosselin