Economie Social

Jeunes : Créons un Erasmus de l’emploi !

29 novembre 2012
Les Echos Paris

"Prêts à l'emploi" : une manifestation du Battlefront Campaign devant une agence pour l'emploi, visant à attirer l'attention sur le chômage des jeunes au Royaume-Uni. Londres, octobre 2011.

"Prêts à l'emploi" : une manifestation du Battlefront Campaign devant une agence pour l'emploi, visant à attirer l'attention sur le chômage des jeunes au Royaume-Uni. Londres, octobre 2011.

La crise laisse sur le bord de la route 14 millions de jeunes Européens sans emploi ni formation, mais personne ne parle d’eux dans les discussions sur le budget de l’UE. Et si on consacrait un peu d’argent pour les intégrer dans le monde du travail à travers l’Union ?, propose un consultant français.

Grâce à la crise des “subprimes”, vous connaissez les Ninja d'Amérique (“no income, no jobs, no assets”). Connaissez-vous les NEET d'Europe ?

Les NEET ont entre 15 et 29 ans, et ne sont nulle part : pas d'emploi, pas d'études, pas de formation professionnelle. Il ne faut pas chercher loin pour croiser un NEET dans sa famille, ses amis ou son quartier : ils sont 14 millions en Europe. Un jeune sur six.

Or le NEET commence à coûter cher : 153 milliards d'euros annuels de manque à gagner économique, d'après une étude de l'agence européenne Eurofound. C'est plus que le budget annuel de l'Union européenne (142 milliards d'euros).

Erasmus, seule vraie réussite

A ce propos, les NEET européens ont-ils suivi, ces derniers jours, la farce des discussions inabouties autour de ce budget pour les sept prochaines années ? Savent-ils que l'Europe de Bruxelles, contrairement à ce que l'on pouvait croire en ces temps de crise et d'austérité, est immensément riche? Tellement riche qu'elle envisage de distribuer pas moins de 1 000 milliards d'euros, à tout vent, ces 7 prochaines années ? 420 milliards pour l'agriculture. 300 milliards pour la “cohésion pour la croissance et l'emploi” – en fait, les transferts des régions dites riches vers les régions dites pauvres, et tant pis (a) si 15 départements français ont un PIB par habitant inférieur à celui de la Grèce ;(b) si les 350 milliards déversés ces 6 dernières années ont eu des effets contestables sur la cohésion (cf. la Grèce), la croissance (- 0,3 % attendu en 2012) et l'emploi (25 millions de chômeurs dans l'Union). 

58 milliards pour “l'Europe, acteur global”, pourtant globalement très absente, faute de l'existence d'une Europe de la défense, dans la résolution de tous les conflits et dossiers récents (Libye, Syrie, Israël-Palestine, Iran). N'oublions pas les 56 milliards de frais administratifs de l'Union.

Une autre politique budgétaire est possible. Elle consisterait à cesser de subventionner les erreurs et le passé de l'Union, pour enfin s'intéresser à son avenir, à savoir ses jeunes, et prioritairement les NEET.

Il n'a échappé à personne que, tout à leur défense d'intérêts nationaux ou bureaucratiques, les dirigeants de l'Union envisagent la suppression pure et simple d'Erasmus, la seule vraie réussite concrète, tangible et paneuropéenne de l'Union européenne ces dernières années. Erasmus, depuis sa création en 1987, a permis à 3 millions d'étudiants européens de partir étudier dans un des pays de l'Union, avec une subvention très modeste de leurs études (250 euros par mois).

Cela a contribué à créer un esprit et une réalité européens, à rebours de ce qui nous est proposé aujourd'hui, à savoir le repli sur soi derrière ses frontières nationales, l'absence de projets pour les nouvelles générations, la gestion court-termiste des urgences financières. Depuis sa création, Erasmus a coûté 4,1 milliards d'euros : c'est moins que les erreurs de paiement dans l'exécution du budget de l'Union européenne en 2011 (4,9 milliards d'euros).

Un investissement dans l’avenir 

Le moment n'est-il pas venu non pas d'enterrer Erasmus, mais de l'amplifier en proposant un Erasmus pour l'emploi ? Ce programme subventionnerait chaque année, pourquoi pas à hauteur des charges sociales, 1 million de CDD à un an dans le secteur privé – de vrais emplois dans l'économie marchande. Il donnerait chaque année la chance à 1 million de jeunes Européens d'abord de travailler, ensuite de travailler dans un pays de l'Union.

Cela signifie voyager, apprendre à travailler dans une autre culture, une autre langue. Oublier les nationalismes étriqués et les protectionnismes mortels pour vivre l'Europe des entreprises – plutôt que celle des bureaucraties. En prenant l'hypothèse d'un salaire moyen à 20 000 euros annuels et des charges sociales à 40 %, nous parlons d'une subvention à 8 milliards d'euros annuels. Est-ce trop demander que de consacrer 6 % du budget de l'Union européenne pour un tel investissement ?

On donnera ici raison aux partisans de la rigueur et du contrôle budgétaire de l'Union : ce budget à 1 000 milliards est une insulte faite aux Etats, aux ménages et aux entreprises qui font des efforts drastiques pour réduire leurs déficits ou leurs dépenses. Mais, s'il est un investissement que nous devons préserver et amplifier, c'est bien celui de notre avenir.

Faire un Erasmus pour l'emploi permettrait de redonner un espoir aux jeunes, de créer une dynamique de croissance pour tous en Europe et de renforcer l'esprit européen. Par ailleurs, ce programme améliorerait la compétitivité des entreprises européennes en allégeant les charges de leurs nouvelles recrues. Enfin, il redonnerait une légitimité à des institutions européennes aujourd'hui très éloignées de la réalité des entreprises et des peuples.